Archives d’un auteur

Les impacts des réseaux sociaux sur notre quotidien

22 avril 2013

Les réseaux sociaux prennent de plus en plus de place dans nos vies. Mais quels sont les impacts des réseaux sociaux sur nos vies au quotidien? Ces outils de communication peuvent comporter de nombreux avantages mais aussi comporter leur lot d’inconvénients.

En effet, les avantages que procurent les réseaux sociaux sont nombreux, que l’on pense à eux en tant qu’outils de communication et d’information par exemples. Aussi, ils deviennent de formidables outils relationnels qui permettent à la fois les rapprochements et le partage mais aussi la valorisation. Ils permettent également de briser l’isolement chez certain individu pour qui les relations sociales ne sont pas une chose facile. Pensons à la barrière de la distance qui est franchie et qui permet à des membres d’une famille de communiquer instantanément ou à la possibilité de retrouver d’anciens camarades de classe ou des collègues de travail perdus au fil des années.

Mais qu’en est-il des impacts négatifs dans nos vies au quotidien? Qu’en est-il quand des personnes mal intentionnées se permettent de poursuivre leurs malveillances jusque dans les maisons de personnes vulnérables? Qu’en est-il quand les réseaux sociaux deviennent le prolongement de comportements déviants que l’on pense à l’intimidation que peut vivre au quotidien un individu, à la pédophilie, à la cybercriminalité ou à l’atteinte à la vie privée?

Un des impacts négatifs qui fait la une au niveau des médias tant traditionnels que virtuels est bien entendu la cyberintimidation. En effet, les ravages provoqués par la cyberintimidation se font de plus en plus sentir depuis quelques années. Cette forme d’intimidation fait des victimes parmi toutes les générations mais ce sont surtout les jeunes qui en sont à la fois les instigateurs et les cibles. De nombreux cas de suicides survenus suite à des agressions liées à la cyberintimidation sont dévoilés au grand public, pensons au cas récent de Rehtaeh Parsons d’Halifax, qui aurait mis fin à ses jours suite à la cyberintimidation subi à la suite d’un viol collectif dont elle aurait été victime en 2011.

Comment expliquer le comportement des utilisateurs sur les réseaux sociaux et sur le web en général? L’intimidation a toujours existé et ce depuis des lustres. Toutefois, on peut penser que l’anonymat que procurent les réseaux sociaux et le web donne un sentiment d’invincibilité à certains individus leur permettant d’harceler les plus faibles sans en subir les conséquences. Enfin, l’aspect virtuel des réseaux sociaux contribue certainement à déconnecter les individus de leurs propres sentiments humains et les empêche de ressentir un temps soit peu de compassion envers les autres.

Plusieurs organisations prennent au sérieux le problème et des pages web sont consacrées au sujet. Le site de la SPVM traite du sujet au http://www.spvm.qc.ca/fr/jeunesse/ado-Cyberintimidation.asp et Jeunesse J’écoute informe les jeunes à l’adresse suivante : http://jeunessejecoute.ca/Teens/InfoBooth/Bullying/Cyberbullying.aspx

Publicités

Le pouvoir des réseaux sociaux

22 avril 2013

Il y a moins de 10 ans encore, les réseaux sociaux commençaient à peine à se pointer le bout du nez dans le paysage informatique des utilisateurs du web. C’est après 2004, avec l’avènement de Facebook suivi de près par les Twitter, My Space et Instagram que les utilisateurs ont fait face à une véritable révolution des réseaux sociaux, notamment en ce qui concerne les pouvoirs qu’exercent ces derniers. Quand on regarde en arrière, on est à même de se demander quels types de pouvoirs exercent les réseaux sociaux dans la vie quotidienne des utilisateurs.

Le pouvoir d’information est sûrement un des plus importants qu’exercent les réseaux sociaux. La véritable révolution vient du double rôle que joue l’utilisateur. En effet, il joue à la fois le rôle d’émetteur et de récepteur, il fait donc partie à part entière du processus. Par ailleurs, ce pouvoir instantané élimine à la fois la barrière des frontières et de la censure. En outre, l’utilisateur se sent directement concerné et interpellé, créant un mouvement de proximité. La popularité d’une personnalité publique, d’un politicien ou d’un artiste peut être dorénavant mesurée au nombre de tweet fait à son sujet ou par le nombre de cliques « j’aime » sur leurs publications.

À l’instar de ceux qui savaient se servir à bon escient des réseaux de communication traditionnels comme la télévision ou la radio il y quelques années, ceux qui savent se servir judicieusement des réseaux sociaux pour communiquer actuellement détiennent une véritable longueur d’avance que l’on pense aux mouvements politiques, aux entreprises et aux artistes entre autres.

Au niveau social, ce pouvoir de diffusion de l’information par l’individu et par les organisations permet entre autre l’organisation rapide de mouvements par exemple. Nous n’avons qu’à penser au printemps érable des étudiants québécois qui s’est déroulé au printemps 2012. Le mouvement étudiant aura su tirer son épingle du jeu en utilisant les réseaux sociaux pour communiquer de l’information sur les revendications et les manifestations.

Au niveau politique, la communication entre les organisations ou les personnages politiques et les citoyens par le biais des réseaux sociaux permet à ces derniers de rejoindre directement l’électeur qui sent une proximité. Pensons à Barak Obama qui a été qualifié de « Président des réseaux sociaux » et qui a su communiquer directement avec les électeurs. Obama rejoint 33 millions d’abonnés sur Facebook, 23 millions sur Tweeter et 1,7 millions sur Instagram. Par ailleurs, il aura confirmé son élection sur les réseaux sociaux bien avant que les principaux réseaux de télévision américains auront commencé à pressentir sa victoire.

Les entreprises peuvent également bénéficier de ce pouvoir d’information que procurent les réseaux sociaux. Ils deviennent non seulement des outils de promotion commerciale mais permettent également d’en connaître plus sur les consommateurs et de se créer une nouvelle clientèle. Ils permettent également de faire la promotion de l’image de l’entreprise : nombreuses sont les entreprises qui envisagent même de délaisser leurs sites officiels pour concentrer leurs efforts au niveau de leur présence sur les réseaux sociaux.