Archive for janvier 2013

Les mots de passe et les questions secrètes : utile ou futile ? par Marie-France Bélanger

30 janvier 2013

Combien de mot de passe différents pouvez-vous utiliser dans une journée ? Que ce soit pour le photocopieur, la boîte vocale du bureau, pour se brancher au réseau, à l’intranet et la boîte de courrier au bureau ?  Ça fait seulement 15 minutes que je suis arrivée au bureau et j’en dénombre déjà pas mal. Au retour à la maison,  je prends mes messages personnels sur les médias sociaux, ma boîte de courrier, celle de l’université, le portable, mes comptes bancaires, bref, au moins une vingtaine, et ce, même pour les néophytes dans mon genre.

J’avoue que j’ai de la difficulté à suivre tout ça et que je ne prends pas toujours le temps de réfléchir aux conséquences d’un mot de passe trop facile ou d’une question secrète qui semble futile (visiblement les mêmes pour tout le monde)  et dont les réponses sont disponibles en 3 ou 4 clics !  

J’attire votre attention sur ce lien, une histoire vécue, afin de vous sensibiliser sur la sécurité parfois inadéquate des utilisateurs. Mais ici c’est une compagnie très connue et réputée  qui se fait avoir elle aussi, et ce, à votre détriment.

http://www.wired.com/gadgetlab/2012/08/apple-amazon-mat-honan-hacking/

Je n’avais que d’éloges pour le magasinage en ligne dans le confort de mon foyer, moi qui suis loin des centres commerciaux, mais après avoir lu cet article, j’ai modifié mon comportement en ce qui attrait l’achat en ligne et je modifie mes mots de passe régulièrement (et pas seulement quand je ne m’en rappelle plus) et je mets à jour les logiciels anti-virus.

Bonne réflexion !

Marie-France Bélanger

L’impact de l’intégration des TI dans les organisations : Constat face à la main-d’œuvre

30 janvier 2013

Tout d’abord, une nouvelle réalité que je constate est que l’apparition des TI apporte fréquemment des modifications liées au type et à la quantité de main-d’œuvre. Voici le constat que je peux retirer des lectures que j’ai effectuées dernièrement face aux divers aspects des TI dans les organisations.

En ce qui concerne, de nombreuses entreprises, l’intégration des TI est une question de survie.  Dans une économie où la compétition est féroce, où les changements surviennent à une vitesse vertigineuse et où l’innovation est une réalité quotidienne, les organisations se voient dans l’obligation de suivre le courant, sinon de le devancer.

Pour demeurer rentable, il faut s’assurer d’opérer avec efficacité. Un moyen pouvant être utilisé est l’automatisation.  Quand une machine effectue une commande programmée, elle est  plus rapide qu’un être humain, ou même plusieurs effectuant la même tâche.  Le type de main-d’œuvre est donc appelé à se transformer pour requérir des employés spécialisés, ce qui risque d’engendrer un surplus de main-d’œuvre non qualifiée.  Les entreprises doivent s’adapter à cette réalité et former leurs employés, lorsque c’est possible.

Les entreprises sont appelées à connaître des modifications de  leur structure et une diminution des effectifs avec l’intégration des TI. En effet, un système informatique approprié augmente l’efficacité et la rapidité d’exécution, ce qui diminue le nombre nécessaire de ressources humaines.  Encore une fois, il s’agit d’une modification de certaines organisations qui peut entraîner des mises à pied de travailleurs.

Finalement, un entrepôt de ma région fermera ses portes, ce printemps pour être relocalisé dans un grand centre robotisé.  Les sélecteurs qui œuvraient dans cet entrepôt se retrouveront sans emploi.  Le nouveau centre robotisé devrait être en mesure de fournir un rendement supérieur à la main-d’œuvre et c’est ce qui a amené la compagnie à envisager cette opportunité pour augmenter la rentabilité et qui entraînera la perte de 80 emplois.  Il s’agit d’un exemple de modification de stratégie d’affaires qui a été rendue possible grâce aux TI.

Pour conclure, l’intégration des TI dans les organisations permet d’améliorer l’efficacité, mais elle peut aussi avoir un impact sur les ressources humaines à l’emploi.  Certains types de professions seront davantage en demande et le temps que les entreprises s’adaptent aux changements de l’économie, il risque d’y avoir des conséquences sur la main-d’œuvre en place.  Les travailleurs spécialisés seront en demande et un surplus de main-d’œuvre non qualifiée est à prévoir.  Évidemment, certains secteurs risquent d’être moins influencés que d’autres, mais dorénavant, très rares seront les organisations qui pourront demeurer concurrentielles sans l’apport des TI.

Amélie Paradis

Titre de l’article par Didier Urli

30 janvier 2013

bonjourfblsewfl

Salut Bonjour…les technos avec François

18 janvier 2013

http://tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour/chroniques/sb/divertissementtechno/177986/chronique-techno-de-francois-charron

Les 3 modèles de Boostbloc

Le BoostBloc propose 3 appareils pour recharger son cellulaire sans avoir accès à une prise électrique.

Comment ça fontionne?

Après avoir rechargé le BoostBloc, il suffit de relier celui-ci à son téléphone à l’aide du câble USB fourni et la magie opère d’elle-même.

Pour connaître le niveau de chargement restant de la batterie du BoostBloc, il suffit de secouer l’appareil et de se référer au nombre de petites lumières bleu.

BoostBloc

Il existe 3 modèles de BoostBloc, le BoostBloc 6600 étant capable de    recharger 3 fois un téléphone intelligent, le BoostBloc 4000 2 fois et    le  BoostBloc 2000 une fois uniquement.

De plus, le BoostBloc 6600 permet de recharger 2 appareils simultanément.

Comme le BoostBloc se présente sous un format mini, il se transporte et  se glisse facilement dans un sac.

Plus d’infos sur le BoostBloc 2000

Plus d’infos sur le BoostBloc 4000

Plus d’infos sur le BoostBloc 6600

BoostTurbine 2000

Ceux qui cherchent un moyen écolo de recharger leur  cellulaire lors de déplacements préféreront peut-être le BoostTurbine  2000.

Fabriqué en aluminium durable, il comprend une   batterie de 2000mAh rechargeable mécaniquement à l’aide d’une manivelle.

BoostTurbine 2000

Pour recharger un appareil, il suffit donc de le brancher au BoostTurbine à   l’aide du port USB ou micro USB et de tourner la manivelle.

Après l’avoir tourné pendant 1 minute, on peut déjà faire   un appel d’une durée de 30 secondes. Pratique pour les urgences!

Plus d’infos sur le BoostTurbine 2000