Archive for mars 2012

La surréservation des transports aériens

29 mars 2012

A une certaine ère, non loin, la surréservation d’un vol aérien était une bonne affaire. Les gens qui voyageaient  fréquemment laissaient leurs places à d’autres et obtenaient un billet gratuit en retour et ils attentaient quelques heures seulement pour un autre vol. Par contre, aujourd’hui c’est différent. Peu de gens veulent céder leur place car il est plus difficile de s’en trouver un autre et les gens doivent parfois attendre des jours pour un second vol. Il faut savoir que les revenus perdus à cause d’un siège vide sont bien plus importants que l’indemnité verser aux passagers déplacés. C’est pour cette raison qu’on change souvent le vol d’un passager sans son consentement. Les compagnies aériennes se battent pour rester en affaire et ils essaient par tous les moyens d’économiser de l’argent. Donc, ils planifient moins de vol et remplissent les avions de passagers le plus possible afin de maximiser leur revenus. Un des grands moyens utiliser est la surréservation : permettre d’occuper le plus possible les places disponibles sur chaque vol.

Le système d’aide à la décision utilisé par les sociétés aériennes pour la surréservation ne fonctionne pas bien pour celles-ci car malgré les efforts des analystes pour prédire le nombre de passagers qui risquent de ne pas se présenter à l’embarquement du vol.

Le logiciel utilisé par US Airways analyse les antécédents des non-présentations pour chaque vol et ainsi qu’au niveau de la tarification. Les sièges  moins coûteux ne sont généralement pas remboursables donc, ils utilisent leur réservation. Par contre, il est fréquent que les gens d’affaires qui paient des tarifs élevés ne se présentent pas. Donc, ce type de logiciel examine les tarifs des réservations sur chacun des vols en partance et le taux de non-présentation de certains endroits géographiques. Ensuite, les analystes font leurs prévisions de non-présentation pour un vol particulier en tenant compte du tarif que les passagers ont payé.

Bien sûr, il arrive que les analystes se trompent mais plusieurs facteurs peuvent influencer leurs prévisions; mauvais calcul mathématique, changement dans les prévisions météorologiques qui nécessitent une restriction au niveau du poids de l’avion ce qui affectent le nombre de place prévu dans l’avion.

Le président-directeur général d’US Airways croit que les sociétés aériennes devront faire des surréservations aussi longtemps qu’elles n’imposeront pas aux passagers une pénalité en cas de non-présentation.

Si les sociétés aériennes obligent un grand nombre de passager à reporter leur vol, est-ce qu’il y aura à long terme une diminution de réservation des passagers ?

par Edith April

Publicités

Comment enrayer les fraudes via cartes crédit?

22 mars 2012


Une étude faite dernièrement par une firme américaine spécialisée en informations financières (Javelin Strategy & Research) révèle que les États-Unis se positionnent au premier rang des pays où l’ont connait le plus de fraudes bancaires et tout particulièrement au niveau des cartes de crédit. En effet, les fraudes par cartes de crédit produites chez nos voisins du sud correspondent à 47% de l’ensemble des fraudes du même genre au niveau mondial! En tout, le coût de ces actes se chiffre à plus de 14 Billions de dollars (US). La facture est évidemment essuyée par les institutions bancaires américaines.

Il est logique que ce pays connaisse cette situation étant le pays où la technologie utilisée pour ce type  de transaction est la moins avancée. Toutefois, il n’en est pas autant le cas pour les pays européens où ces derniers utilisent une technologie implantée depuis 1996 : les cartes intelligentes EMV (à puce). En effet, les compagnies tels que VISA, MASTERCARD et EUROPAY (maintenant achetée par MASTERCARD) ont implanté cette technologie qui est en fait simplement l’ajout d’une puce électronique dans les cartes de crédit (et même de débit). En changeant les appareils-lecteurs chez les commerçants, ce nouveau procédé permet de contrer le vol de numéros de carte crédit et par le fait même la fraude qui en découle.

Si vous êtes un de ceux qui ont déjà reçu un avis de la banque mentionnant que vous avez été victime de fraude ou encore que vous êtes aperçus que sur votre relevé qu’une ou plusieurs transactions dont vous n’étiez pas l’auteur, et bien, réjouissez-vous car grâce aux « nouvelles » cartes EMV qui sont déjà présentes au Canada depuis deux ou trois ans, ces fâcheux événements pourront-être évités. Le fonctionnement étant fort simple. Au niveau technique, avec la mise en place de nouveaux lecteurs prenant en charge les cartes EMV, ceux-ci reconnaissent les puces intégrées aux cartes et de cette manière, le commerçant et le consommateur peuvent procéder à la transaction. Au niveau pratique, deux contraintes s’imposent. D’une part, les commerçants doivent maintenant remplacer leurs anciens appareils-lecteurs pour se conformer aux normes bancaires. Évidemment, cette migration de système engendre des coûts pour le changement et l’utilisation de ces appareils. Du côté des consommateurs, la seule contrainte sera, dès la réception de leurs nouvelles cartes, d’établir un NIP qui sera utilisé pour approuver un paiement tout comme lors de l’utilisation d’une carte de débit.

Enfin, un nouveau procédé de transaction développé en Asie prend de plus en plus d’ampleur : celui du cellulaire. Comme par exemple, pour le simple achat d’une boisson gazeuse dans une machine distributrice, il suffit d’envoyer un message texte mentionnant notre choix de boisson au numéro indiqué sur la machine distributrice et le montant de la boisson sera chargé sur votre facture de cellulaire et vous permettra de savourer un Coca! Même les magasins Apple Stores ont intégré cette nouvelle méthode, les clients peuvent numériser grâce à leur Iphone le produit en étagère et accepter l’achat. Une fois accepté, le montant est transféré sur la facture de carte de crédit du consommateur et une facture lui est acheminée via courriel. Comme quoi que les cartes EMV pourront être remplacé par le cellulaire et peut-être plus rapidement que vous le croyez!

Sources : http://www.economist.com/blogs/babbage/2012/02/credit-card-security

Sébastien LaBrecque

Les applications mobiles pour entreprises

19 mars 2012

De nos jours, les téléphones intelligents sont des outils indispensables à une clientèle de plus en plus variée. Effectivement, les jeunes comme les plus âgés, les gens plus aisés financièrement comme ceux qui le sont un peu moins, veulent en posséder un. C’est devenu une priorité, voir une sorte de drogue dont on ne peut plus se passer.

Par contre, ces petits objets technologiques ne sont plus qu’une question de mode ou de consommation, voire de surconsommation. Cette technologie est devenu presque essentielle aux dirigeants d’entreprises, vu la grande diversité d’applications que ces outils peuvent offrir. Ces applications ne sont offertes que sur certains types de téléphones, comme les BlackBerry ou les IPhone, qui sont considérés comme intelligent, mais aussi sur les tablettes électroniques, qui connaissent un succès fulgurant depuis leur sortie sur le marché, qui demeure relativement récent.

Les entreprises peuvent maintenant avoir leur propre application mobile. Cette nouvelle technologie facilite plusieurs domaines de gestion, tel que la diminution de certains coûts internes, tout en favorisant la fidélisation d’une partie de la clientèle par ces applications, mais également en facilitant la recherche et l’embauche de nouveaux employés.

Par contre, il est certain que ces TI impliquent aussi certains coûts reliés à leur apparition dans l’entreprise, comme ceux de formations pour les employés qui ne savent pas utiliser ce genre de nouvelles technologies.

De plus, une grande partie des employés achètent leur propre appareil, mais s’attendent ensuite à ce que leur téléphone soit rendu compatible avec les outils de l’entreprise.

Morgan Stanley a prévue qu’en 2015, le trafic de l’Internet mobile serait deux fois plus important que le trafic directement dans les bureaux. On peut donc dire qu’on se dirige vers des phénomènes tout à fait différents de ce qui se passait, il n’y a même pas cinq ans de cela.

En ne s’adaptant pas aux nouvelles tendances des TI, les entreprises pourraient subir de grosses pertes d’occasions d’affaires découlant des stratégies mobiles. C’est le futur, alors si les entreprises veulent rester concurrentielles sur le marché, il faut suivre les tendances que ce dernier impose. Sans site web ni application mobile, les entreprises sont invisibles pour une grande partie de leur marché.

Source : http://www.lesaffaires.com/dossier/serie-les-huit-defis-des-dirigeants-ti/votre-entreprise-a-t-elle-besoin-d-une-application-mobile/513651

Agora Technologique

10 mars 2012

Bonjour à tous,
Dans le cadre de votre cours, si vous désirez en savoir un peu plus sur les technologies d’information du Web 2.0, je vous invite à visiter mon blog l’Agora Technologique.

Ce blog est avant tout une veille technologique sur les nouveaux outils du Web et leurs impacts sur les clients et les entreprises.

Merci Google d’avoir résolu le crime.

10 mars 2012

À l’heure du web 2.0, nous négligeons parfois l’apport que peut nous apporter les outils qu’il met à notre disposition dans la résolution de crime, comme le vol à l’étalage. J’en ai moi-même eu la preuve pas plus tard que la semaine dernière. Nous recevons un appel d’un commerce que je supervise me demandant de venir réviser les bandes enregistrées par les vidéos de surveillance de l’endroit. On soupçonne qu’une dame, déjà sous enquête policière pour un vol dans un autre commerce, est venue commettre un larcin.

Effectivement suite au visionnement des bandes, nous voyons clairement la dame aux cheveux teints roux, mettre des produits cosmétiques de grandes valeurs directement dans les poches de son manteau, puis disposer de la boite du produit derrière une bouteille de liquide à vaisselle afin d’éviter de faire sonner les détecteurs magnétiques à la sortie. Jusqu’à là rien d’extraordinaire dans le monde du commerce de détail québécois qui a enregistré des pertes de près de 800 millions en 2010-2011 dues à ce phénomène. Nous prévenons donc la policière qui est déjà en enquête sur 2 autres dossiers nous concernant, que nous croyons reconnaitre l’une des dames qui a commis un vol à l’aide d’une complice toujours non-identifiée dans l’autre commerce.

Et c’est là que Facebook et Google viennent en support à la promiscuité des régions.

Comme les employés doutent de l’identité de l’individu, nous commençons par une recherche sur Facebook avec un premier nom. Nous trouvons quelqu’un qui réside dans le village, mais elle est blonde sur les photos qu’elle a mises à la disposition du web entier. Je demande donc à la gérante de se rendre sur les lieux de travail que cette personne à identifié dans son profil. Surprise ! Notre blonde est devenue rousse. C’est bien elle. Nous décidons donc de faire une recherche plus poussée sur Google. Nous retrouvons un nom semblable mais donc l’ordre a été modifié, le prénom raccourci et le nom de famille du conjoint rajouté. En cliquant sur le lien, abracadabra ! Notre rousse qui fourni au monde entier, nom, employeur, photos de famille, et élément clé de l’enquête pour la confirmation finale de son véhicule à la Sureté du Québec, sa date de naissance !!!

Nous jubilons, je donne alors aux employés une description de la femme qui l’accompagnait lors du vol dans l’autre commerce. Une employée s’exclame alors; « C’est sa sœur ! C’est mon amie Facebook. » De retour à la seconde près sur la toile, en quelques clics, une autre inconsciente du déploiement de la force de ces outils est prise au piège.

Les dames seront mises en accusation, au début de la semaine prochaine. En attendant, nous nous sommes servis des photos qu’elles avaient mises à notre disposition, qui sont beaucoup plus claires que celles agrandies des caméras vidéos, pour mettre en garde tous les employés. C’est ainsi qu’ils ont pu éviter 3 autres vols cette semaine, car les dames sont revenues dans nos commerces ignorant ce qui leur pendaient au bout du nez… Qui a dit; « Le crime ne paie pas » ? 

la formation à distance: L’avenir de l’enseignement?

10 mars 2012

La formation à distance est un mode de plus en rependu à travers le globe. C’est un enseignement qui utilise les systèmes d’informations et les nouvelles technologies. De ce fait, elle nous permet d’être plus familier avec le monde informatique qui est de plus en plus présent dans nos activités quotidiennes.

La notion de formation ouverte ou à distance (Open Distance Learning pour les anglophones) désigne les processus de formation initiale ou continue, individuels ou collectifs se faisant à distance.
La notion de distance évoque l’éloignement géographique entre les participants à la formation : formateurs et apprenants. La formation est accessible où que l’on se trouve, en présence des autres participants ou pas.
Ce mode d’apprentissage peut être un inconvénient ou un avantage selon la personnalité et la maturité, l’autonomie, la sociabilité de l’apprenant en dehors des facteurs liés au budget, à la distance et à l’emploi du temps de celui-ci

L’avantage premier de la formation à distance se caractérise par sa flexibilité. L’apprenant peut gérer, et ce de manière tout à fait autonome, le temps consacré à son apprentissage et peut choisir d’entrer ou de sortir librement d’un dispositif : il est considéré dans sa dimension individuelle (sa disponibilité, son mode de vie, ses contraintes professionnelles et familiales, sa localisation géographique etc.).

Ensuite, ces formations utilisent de plus en plus les outils numériques et les moyens de l’Internet qui sont de plus en plus indispensable dans la vie de nos jours donc, un tel système nous permet donc de nous familiariser encore plus avec les systèmes d’informations et les logiciels d’exploitations afin d’accroitre notre productivité.

Les autres avantages sont :

  • Approche pragmatique des sujets de formation ;
  • Approfondissement des connaissances sur des exemples concrets, directement transposables ;
  • Échanges d’expérience ;
  • Configuration du programme à la carte ;
  • Aucune perturbation liée à l’absence du personnel.

 

Les inconvénients de l’apprentissage à distance sont :

  • manque de contact humain ;
  • nécessité d’une bonne motivation, d’une discipline de travail soutenue.

Le lien suivant nous donne des informations supplémentaires sur l’enseignement à distance ainsi que ses avantages: http://www.teluq.ca/siteweb/lp/index.html?&utm_campaign=lp&utm_source=google&utm_medium=adw&gclid=COPdoeiu264CFSgCQAodwWG0Xw

 

sources:

http://www.formaguide.com/formateurs/base-documentaire/fiches-pratiques/zoom-sur/la-formation-a-distance/la-formation-a-distance-definition

http://fr.wikipedia.org/wiki/Formation_ouverte_et_%C3%A0_distance

 

 

Le développement de la TI dans les journaux

6 mars 2012

Nous savons tous que les technologies de l’information ne cessent de s’améliorer et d’être présent partout tout autour de nous. Avec tous les développements sur les cellulaires, les tablettes, Internet, les ordinateurs beaucoup de procédés sont modifiés afin de suivre la technologie et les compagnies se doivent d’être à la fine pointe pour aller chercher leur clientèle.

Prenons l’exemple des journaux distribué de plus en plus par Internet, au mois de mars 2010, 415 journaux ont livré 2.6 millions de copies électroniques, soit une hausse de 78% par rapport à l’année 2009 où 303 journaux distribuaient 1.4 millions d’exemplaires numériques, selon l’Audit Bureau of Circulations.

Pour les compagnies distributrices de journaux, se sont pour elles une façon d’économiser puisqu’elles économisent sur l’impression, et sur le papier. De cette façon, nous aidons aussi la planète en utilisant moins d’arbre et en jetant moins de papier dans les poubelles  et ainsi produire moins de pollution. Il y a aussi l’avantage d’utiliser les multimédias, l’instantanéité et le réseau universel qu’est Internet.

Donc, peu importe où vous êtes vous pouvez avec votre téléphone, votre ordinateur portable pouvoir avoir accès aux nouvelles que vous voulez quand vous le voulez et ainsi en profiter pendant que vous êtes dans le métro, dans une file d’attente pour vous informez sur les dernières nouvelles et utliser ce temps que vous auriez perdu à attendre.

 

http://mediamerica.org/paysage-audiovisuel/lecture-numerique/avantages-et-inconvenients-des-copies-electroniques-de-journaux/

Cohabitation entre la TI en entreprise et les ressources humaines

5 mars 2012
Par Jessica Lalli 
Je travaille dans la direction d’une PME de production agroalimentaire et je m’occupe entre autres choses des ressources humaines. Je suis donc régulièrement confronté entre les avantages et les inconvénients de la TI pour l’entreprise et pour les salariés. Je propose donc de voir ce qui en est pour l’entreprise et par la suite pour les salariés de ce type d’entreprise.
 
Pour une entreprise, il serait juste de dire que les avantages sont énormes. En effet, il est possible de noter une augmentation de l’efficacité dans l’ensemble du travail, une diminution significative des coûts  (correspondances, salaires employés, etc.) ce qui a pour effet d’augmenter de façon significative le pouvoir concurrentiel d’une entreprise. Ce qui est en soit le but de chaque entreprise.  Cependant,  la TI facilite également d’autre facette du travail comme les études de marchés, les relations internationales ainsi qu’une majeure  partie du travail à l’interne; suivi des informations en temps réel (prise et suivi des inventaires, consignations de données, conservation de documents, etc. ).  L’un des autres avantages significatif est qu’il est maintenant possible de facilement travailler hors du bureau.
 
Cependant, la TI et les systèmes d’information comportent également quelques désavantages. Quand il y a un problème de système, le travail est beaucoup plus difficile puisque nous devenons rapidement dépendants de toute cette technologie. Il est également déplorable de constater que plusieurs systèmes qui seraient bénéfiques ne sont pas accessible pour les PME compte tenu du leur prix trop élevé. Tout ceci peu également être un frein pour les employés  et gestionnaires en place qui ne sont pas capable de s’adapter au changement et à l’évolution technologique.
 
La TI de l’information à également des côtés positifs et négatifs pour les employés. Comme nous le savons déjà, travailler avec la TI de l’information demande une main d’œuvre un peu plus spécialisé. Ceci est un avantage pour les jeunes avec plus de formation, mais un gros inconvénient pour les employés un peu plus âgé qui ont de la difficulté à s’adapter. La TI crée donc une diminution de la demande pour de la main d’œuvre manuel (ce que l’on retrouve en plus grand nombre dans les régions) et une augmentation de la demande de main d’œuvre spécialisé (ce qui est plus difficile à trouver en région). Notons cependant une diminution du travail plus difficile physiquement ce qui est en soi plus facile pour les employés. Finalement, comme le travail se fait plus facilement et rapidement, il n’est plus nécessaire d’avoir autant de main d’œuvre ou d’heures de travail que dans le passé pour effectuer une même tâche. Ce qui est en soi un problème majeur pour les employés.
 
En conclusion, nous sommes donc à même de constater que bien que la technologie, soit un élément majoritairement très positif elle comporte également quelques inconvénients.
 
 Jessika Lalli

Les système de la Technologie de l’information dans mon environnement de travail

3 mars 2012

Depuis quelque temps, je travaille dans une compagnie à titre de commis-comptable. J’aime ce travail et mes responsabilités font face aux nouvelles technologies de l’information. Alors, dans ce présent Blog, je vais vous partager mon expérience de travail à propos de l’utilisation des systèmes TI et de l’impact que ceci engendre. Cependant, je ne vous indiquerai pas l’endroit où je travaille pour ainsi demeurer professionnel. À cet endroit, nous devons axer sur les systèmes TI puisque la maison mère où je travaille possède plusieurs autres entreprises dans d’autres provinces du Canada et aux États-Unis. Alors, nous devons communiquer avec les employés de ces entreprises, gérer le temps et les tâches ainsi qu’être écologique en utilisant moins de copies papiers.

 

Tout d’abord, grâce au système TI, nous sommes en mesure de communiquer avec ces personnes sans que cela entrevoit trop de frais. En effet, nous pouvons utiliser le logiciel Outlook de Microsoft pour pouvoir envoyer des messages. De plus, dans ce même genre de technologies, mes supérieurs peuvent aussi utiliser le nouveau Ipad et ainsi communiquer avec les employés de la Californie grâce à l’application « Skype ». En utilisant cette application, nous sommes en mesure de rencontrer le personnel en place dans cette entreprise et aussi de voir les aménagements nouveaux des locaux.

 

En outre, le logiciel Outlook nous permet de gérer notre temps et nos tâches que l’on doit accomplir. Ainsi, je suis en mesure de planifier mes tâches qui sont très importantes comme le rappel du paiement d’un de nos principales fournisseurs. En outre, nous utilisons d’autres logiciels de la série Microsoft Office. En fait, j’utilise le logiciel Word pour l’envoi de messages aux fournisseurs ou encore pour la création d’instruction de travail qui permet de donner une structure rigide aux procédures que j’emploie dans mon travail. J’utilise aussi le logiciel Excel pour saisir les données d’un fichier concernant l’utilisation de l’électricité et du produit pétrolier. Le logiciel Excel me permet aussi, grâce à l’utilisation des formules, comptabiliser les comptes de dépenses de l’employé qui va dans une des autres entreprises. Cela me permet de sauver énormément de temps. Puis, après que le modèle soit créé, je n’ai plus à me préoccuper du calcul des taxes.

 

Par la suite, nous sommes aussi capable d’utiliser l’application Kronos pour indiquer nos heures de travail. Cela permet donc à la personne, qui est responsable des paies, de recevoir le nombre exact d’heures que l’employé à travailler au sein de l’entreprise. Grâce au système TI, la compagnie est en mesure de conserver une énorme quantité d’informations, qui celle-ci est disponible si l’on a l’autorisation d’accès, à tous les employés de cette entreprise. Par ailleurs, cela permet de conserver un certain contrôle sur la distribution des données. Cependant, tous les informations qui sont utiles au personnel sont accessibles et sont divisés en catégorie pour ainsi permettre le repérage rapidement.

 

Ensuite, nous utilisons le projecteur, ce qui permet de supprimer les copies papiers qui auraient dû être utiliser pour une réunion. L’animateur de la réunion projette alors sur l’écran géant les données qui sont propices et en même temps il peut donner ses commentaires.

 

Finalement, plus j’en apprend sur la technologie de l’information plus je comprend qu’ils sont importants dans le bon fonctionnement d’une entreprise. Je ne crois pas que la compagnie où je travaille aurait pu aller aussi loin sans le Système TI. C’est pourquoi je suis sûr que mes patrons sont heureux d’avoir adopté ce système vue le succès que l’entreprise a obtenu. En outre, je crois que mes supérieurs n’utilisent pas toutes les technologies qui est relié au Système TI, mais je sais qu’ils y font confiance et qu’ils cherchent toujours à améliorer le système que la compagnie possède.

Comment réinventer la vente en ligne au bénéfice des entreprises et de leurs clients !, Par Geneviève Paquet

2 mars 2012

Pour la majorité des détaillants, la vente en ligne se limite à créer un magazine virtuel avec une liste bien définie de produits en espérant que les clients s’y intéressent et qu’ils se vendent comme des petits pains pour générer un profit acceptable.

Pour sa part, Ben Kaufman, un jeune entrepreneur New Yorkais de 23 ans reconnu pour avoir inventé des accessoires pour l’IPod, n’a pas appliqué ce principe pour créer son entreprise virtuel *quirty.com* en 2009. Il a plutôt décidé de réinventé, à sa façon, la vente en ligne. Le principe est bien simple : demander directement aux gens ce qu’ils veulent acheter. Les internautes agissent comme de purs inventeurs de produits abordables et utiles dans la vie de tous les jours. En résumé, les internautes soumettent une idée de produit qui est évalué par les autres en donnant leurs commentaires ou leurs suggestions afin d’améliorer le concept en général. À la fin de chaque semaine, les dirigeants de Quirty sélectionnent les inventions ayant le meilleur potentiel de réussite et les mettent en prévente. Quand il y a un nombre suffisant d’articles vendus, la production commence. Enfin, tous ceux qui ont participé à la création d’un nouveau produit reçoivent une partie du profit selon leur niveau de contribution dans projet. C’est donc payant pour eux, mais payant aussi pour les consommateurs ! Ils ont donc su par cette manière innovatrice d’éliminer tous les risques au niveau financier dans leur entreprise. En plus d’avoir leur site internet, Quirty collabore avec plus d’une dizaine de partenaires en vente aux détails pour commercialiser leurs produits comme  par exemple : Toys*r*us, Target, amazone.com et ACE Hardware. Cette jeune entreprise, à la popularité fleurissante, engagent déjà plus de cinquante personnes à son siège social situé à New York et ont quelques bureaux à travers le monde entier.

Cette entreprise est une de celle qui a réinventée la vente en ligne sur internet. Plusieurs entrepreneurs usent de leur imagination afin de cibler une nouvelle clientèle de différentes façons et de faire de leur entreprise un réel succès. Les technologies d’informations ont donc une très grande place dans la vie quotidienne d’une entreprise et elle doit en tirer le maximum de profit.

Source :

http://www.lesaffaires.com/archives/generale/ils-reinventent-la-vente-en-ligne/541321&utm_source=dumemeauteur

http://www.quirky.com/