Archive for février 2012

Les TI dans le secteur privé, par Marie-Ève D’Amours

29 février 2012

 De nos jours, il y a plusieurs entreprises qui sont présentes pour aider les autres organisations dans leur développement en technologie de l’information et des communications. On parle ici d’entreprises comme Opale net, Deloitte, Réseau OmniGlobe, et plusieurs autres. Il y a de plus en plus de PME qui les utilisent, et qui voient de grandes améliorations dans leur gestion, mais aussi des augmentations de revenu.

 Plusieurs présidents de PME ne veulent pas nécessairement voir tout ce que les TIC pourraient leur apporter. Plusieurs sont assez conservateurs, et ne désirent pas commencer à perdre de temps et d’argent, quand pour eux tout va déjà bien. Par contre, les TI commencent à être très populaires, même dans le cas des PME. Donc si les gestionnaires ne veulent pas prendre de «retard» face à leur concurrence, ceux-ci feraient mieux de commencer à s’y attarder un peu plus.

 Il est vrai que pour eux, à première vue, il est difficile d’évaluer véritablement les retombées possibles pour l’entreprise. Cependant, aujourd’hui, si les organisations veulent continuer de bien fonctionner, elles n’ont d’autres choix que d’innover. Si elles refusent d’innover, elles perdront premièrement plusieurs clients et fournisseurs pour qui cette manière de travailler ne conviendra plus. Sinon, la concurrence risque de devenir tellement forte qu’elles perdront le fil, et finiront par fermer. La concurrence devient de plus en plus féroce, parce qu’elle ne provient plus seulement de nos voisins, elle peut maintenant provenir du monde entier.

 En utilisant les TI, les entreprises augmentent non seulement les limites de leur marché, mais aussi les occasions d’affaires qui sont susceptibles de s’offrir à elle.

 Cependant, quand on décide d’instaurer les Technologies de l’information et des communications dans notre entreprise, nous devons le faire de manière adéquate. Si l’on désire maximiser leurs bénéfices, il est primordial de savoir les gérer efficacement.

 Pour se faire, CGI est présent pour aider les entreprises dans la gouvernance de leur TI. Cette entreprise a plus de 30 ans d’expérience dans le secteur des services en TI et en gestion des processus d’affaires. Ses professionnels ont mis au point des dispositifs essentiels à la bonne gouvernance des TI. Entre autre, ils aident leurs clients à amplifier la valeur des TI pour l’entreprise, ainsi qu’à réduire leur coût. Bien évidemment, ils veillent à ce que chaque client profite de tous les bénéfices que peuvent leur apporter les TI et ce en évaluant les priorités de l’entreprise et de sa survie.

Les TIC font donc partis intégrante du marché d’aujourd’hui, cependant ce n’est pas tout de commencer à les utiliser. Il vaut mieux prendre les ressources nécessaires pour bénéficier de tous les avantages que ceux-ci peuvent nous procurer.

 

Sources : 

 http://www.cgi.com/files/brochures/cgi_broc465_IT_governance_f.pdf

http://www.deloitte.com/view/fr_CA/ca/services/servicesauxsocietespriveees/81ac3a497c2fb110VgnVCM100000ba42f00aRCRD.htm

http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/comment-innover-par-les-ti–un-mystere-encore-difficile-a-percer/535673

 

Publicités

Les TI et l’entreprise par Chantale Caron

28 février 2012

L’entreprise pour laquelle je travaillais dernièrement à dû trouver une solution rapidement afin de répondre aux demandes d’un nouveau produit qui s’est avéré beaucoup plus populaire que prévu. Grâce aux technologies de l’information auxquelles nous avons accès aujourd’hui, l’entreprise a pu répondre à la demande et ainsi faire preuve d’une grande ouverture sur le plan technologique.

L’entreprise oeuvre dans le domaine de la fabrication de produits d’acier. Elle transige avec des distributeurs et des entreprises du secteur pétrolier. Elle a conçu un nouveau produit pour répondre non seulement aux besoins des entrepreneurs, mais également à ceux de monsieur et de madame Tout-le-Monde. Elle a signé une entente avec ses distributeurs précisant que le produit serait disponible seulement par l’intermédiaire de ceux-ci.

Les distributeurs ont donc publicisé le nouveau produit auprès de leurs clients. Cette publicité a eu un effet bombe. Les distributeurs devaient, pour chaque client, téléphoner à un représentant de l’entreprise afin d’obtenir un prix selon les options choisies. Cette situation est devenue rapidement un problème. Premièrement, pour les distributeurs, c’était vraiment une perte de temps et ils risquaient de perdre des ventes en raison des délais de réponse pour obtenir un prix. L’entreprise, quant à elle, n’arrivait plus à répondre à la demande des distributeurs, compte tenu du manque de personnel qualifié. Une solution rapide et efficace devait être trouvée afin que les distributeurs ne se tournent pas vers un concurrent.

Un intranet a été développé afin que les distributeurs puissent faire eux-mêmes les soumissions sur le site Internet de l’entreprise. Ainsi, un prix pouvait être donné en l’espace de quelques minutes aux clients. L’entreprise est allée jusqu’à l’envoi, par le distributeur, de la commande par le biais de son intranet. En plus d’être bénéfique pour les distributeurs, cette solution s’est avérée un véritable succès pour l’entreprise. En plus de conclure plusieurs ventes (sans aucun doute en lien avec le délai de réponse) elle n’a pas eu à embaucher du personnel et à le former. Elle analyse présentement la possibilité que les distributeurs et les entreprises puissent commander l’ensemble de ses produits par son intranet.

Les technologies de l’information ont permis à l’entreprise de demeurer dans le marché et de se démarquer de ses concurrents.

Amazon.com et l’informatique par Édith April

24 février 2012

Depuis l’ouverture de sa cyberlibrairie, en 1995, Amazon.com s’est véritablement transformé en un supermarché virtuel offrant des produits dans 36 catégories tels que : des bijoux, des meubles, des vêtements, etc. Amazon a saisi le besoin des internautes (de vouloir avoir un emplacement de stockage de plusieurs téraoctets de données et la puissance informatique de 100 serveurs Linux) et à offert ses services sur leur site.

Pour cela, Amazon.com a investi 2 milliards de dollars afin de perfectionner ses technologies de l’information qui l’amène aujourd’hui à être un des plus grand détaillant de service d’hébergement matériels et logiciels.

Face à cette demande informatique, Amazon.com offre deux services tels que :
Simple Storage Service (S3) et Elastic Compute Cloud (EC2). S3 est un service d’hébergement en ligne qui facilite l’extensibilité de l’informatique sur le Web. Le service EC2, relié à S3, permet aux entreprises d’utiliser les serveurs d’Amazon pour des tâches informatiques comme la vérification de logiciels. De plus, elle promet une disponibilité de 99.99 % grâce à un mécanisme de tolérance aux pannes permettant une réparation sans temps d’arrêt. L’utilisation de ces services ne requiert aucun logiciel ni aucune installation de matériel. Les organisations ne paient que pour la puissance informatique qu’elles utilisent véritablement. Amazon.com a voulu offrir aux entreprises une méthode rapide, simple et bon marché pour le stockage des données dans un système extensible et fiable. Ces deux services ont attirés les très petites entreprises, les entreprises Web en démarrage, plusieurs moyennes entreprises et quelques aspirants du commerce électronique. La flexibilité du modèle de facturation à l’utilisation et le prix inférieur aux compétiteurs procurent à Amazon un avantage concurrentiel face aux entreprises.

Cependant, les pannes de janvier 2007, février et juillet 2008 ont remis en question sa capacité d’être une solution d’avenir efficace et stable.

Finalement, Amazon.com apporte jusqu’à présent une solution très intéressante pour les entreprises malgré les problèmes survenus. Les clients bénéficient d’avantage économique et technologique important en faisant affaire avec Amazon.com. Microsoft, Second Life et Nasdaq utilisent maintenant S3 soit pour accroître les vitesses de téléchargement ou pour alléger leur serveur ou encore pour héberger leurs données. Cependant, qu’adviendra-t-il des entreprises ayant une infrastructure fixe ?
Songeront-elles à modifier leur stratégie d’affaire afin de copier la stratégie d’Amazon.com ?

Les médias sociaux

22 février 2012

De nos jours, les technologies de l’information se trouvent partout dans notre environnement que ce soit à la maison ou au travail, elles font parties de notre vie. Rare sont ceux qui peuvent se vanter de ne jamais avoir utilisé les technologies de l’information. Les médias sociaux font partie intégrante de cette nouvelle vague et nous n’avons pas fini de voir progresser cette nouvelle technologie très utile aux entreprises. L’expression « médias sociaux » regroupe plusieurs activités qui intègrent la technologie, l’interaction sociale et la création de contenu.

Les sites de réseautage social du type Facebook ne sont pas uniquement utiles pour créer des amitiés mais ils sont devenus un excellent moyen pour les entreprises de rejoindre les clients actuels et potentiels. Prenons l’exemple d’une entreprise très bien connue dans la région de Rivière-du-Loup, Pomerleau Les bateaux et bien afin de pouvoir attirer sa clientèle, elle utilise Facebook pour promouvoir l’arrivée de ces nouveaux bateaux Larson 2012. Les amis « Facebook » de la compagnie sont donc informés rapidement des nouveaux arrivages à la succursale de Rivière-du-Loup et de Québec. Je crois que l’utilisation des technologies de l’information est d’une grande utilité dans le domaine de la vente. Les sites de réseautages sont aussi très utiles pour les vendeurs de tous les domaines. Effectivement, ils permettent de maintenir des contacts professionnels plus facilement qu’auparavant.

De plus, les médias sociaux sont de plus en plus considérés comme des avenues pédagogiques selon certains enseignants. La cyberintimidation fait bien certainement partie des désavantages que les médias sociaux amènent mais il faut voir plus loin. Les enseignants et certains chercheurs y voient une façon bien réelle d’éduquer la jeunesse. Plusieurs projets pédagogiques peuvent être présentés par les médias sociaux comme lancer un concours pour concrétiser une application iPhone. Bref, l’utilisation de médias sociaux peut être une façon très amusante, créatrice et stimulante pour amener les élèves à développer des compétences qu’ils n’auraient pu développer en classe. Pour continuer, il est aussi possible pour les enseignants de former des citoyens sensibles aux réalités d’éthique et de religion par l’entremise des médias sociaux pour ainsi éviter aux élèves des conséquences qui pourraient être pour eux désagréables.

Pour terminer, il est clair que les médias sociaux révolutionnent notre univers et cela ne fait que commencer. Son influence bouleversera certainement tous les milieux.

Bienvenue

1 février 2012

Bienvenue aux contributions…